Bonjour,
 
Ci-dessous VendrEDI n° 92. Comme d'habitude, me signaler par retour de courrier des adresses de nouveaux lecteurs ou votre souhait de ne plus recevoir VendrEDI.
 
Cordialement
 
Claude Chiaramonti
 
 
 
 
 
   VendrEDI   lettre de Claude Chiaramonti
 sur les données de
l'échange électronique
           Numéro 92      1er avril 2005
    Le standard XXL
  Projet EU Athena : 
    pour les dimensions eXagérées
  Enterprise Interoperability
Un groupe de travail devrait être mis en place par Oasis sur XXL (eXceeded eXtents Language), qui
devra se préoccuper d'aboutir à un standard constitué d'un schéma XML et d'un namespace permettant l'échange de données automatisé (type EDI) sur les mensurations humaines, comme les dimensions hors-normes d'objets, pouvant poser des problèmes, ou simplement inhabituels. Par exemple, les bagages de cabine. Une recommandation de l'ONU existant déjà pour les marchandises et moyens de transport du trade, le  MoU (Memoran-dum of Understanding entre les instances de normalisation et de standardisation) sera saisi si des doublons se manifestaient. Le MoU pourrait trouver là une occasion de durcir quelque peu une activité en sommeil depuis la concurrence affichée entre ebXML et les Services Web (SW). Car XXL, qui ne sera qu'un standard de contenu, devrait pouvoir être utilisé aussi bien en ebXML qu'en SW ou en Edifact. Les batteries de dimensions admises pour chaque type d'objet seront regroupées au sein du répertoire Cefact-Onu TDED lors de sa prochaine mise à jour par l'ISO TC 154.
Les utilisations de XXL envisagées sont multiples : pour l'anecdote, localisation de magasins offrant des grandes tailles, mais plus sérieusement, recherche de moyens de transport pour objets de dimensions exceptionnelles, lieux de stockage disponibles pour marchandises hors-quota, alertes suite à l'apparition de phénomènes physiques de dimension inhabituelle. A mentionner, la participation de l'Université de Nice pour une spreadsheet xxl, ou de l' University of Tennessee pour l'e-commerce.
Parler de "standard" XXL ne signifie rien de normatif a priori, puisque les goûts peuvent changer. Il ne s'agit que d'enregistrer, d'une part les dimensions les plus habituelles (et seule cette dominance dans la fréquence pourra être qualifiée de "normale") et d'autre part les seuils à partir des-quels la dimension de l'objet devient inconfortable ou même dangereuse. Ces dimensions "habituelles" ou "de seuil" comporteront les 3D, le poids et l'élasticité, celle-ci pouvant être utile, par exemple pour une personne obèse, pour savoir à partir de quelle élasticité elle peut éviter d'occuper deux places d'avion dans l'avion XXL, l'Airbus A380. 
 
De nombreux projets européens se succèdent pour aider les entreprises à rentrer dans l'ère des échanges électroniques. Aucun n'a eu jusqu'à pré-sent l'efficacité du projet TEDIS dirigé par Emile Peeters pour l'EDI en Edifact, qui est toujours le format largement prépondérant en Europe. Avec le projet INTEROP NoE, le projet du 6ème PCRD Athena (Advanced Technologies for interopera-bility of Heterogeneous Enterprise Networks and their Applications) se veut la prolongation des projets antérieurs. Et dans la dernière Newsletter d'Athena, Gérald Santucci, de la Commission euro-péenne, lui demande de réconcilier, d'une part la vision UML "modélisatrice" des organes de norma-lisation, Cefact-Onu et CEN/ISSS, et, d'autre part, le "pragmatisme", pour les standards XML, des offreurs d'Oasis ou du W3C.
Et, en effet, le Forum du Cefact-Onu propose des BRS (Business Requirements Specifications) qui sont intersectorielles et toujours basées sur la modé-lisation UMM, alors que c'est pour des langages XML sectoriels, pas forcément modélisés, que les offreurs vérifient au WS-I l'interopérabilité de leurs outils de Services Web. Mais, de fait, ces approches des niveaux "sémantique" et "service" ne devraient pas être inconciliables pour les membres d'Athena, SAP, IBM, les centres de recherche Fiat et EADS ou l'Université Bordeaux I ( ).
Athena a initié un dialogue avec l'eGovernment Research US, avec la participation de Man-Sze Li (IC Focus UK) ex-animatrice de l'atelier du CEN sur l'e-commerce. En Europe, Athena soutient les divers projets, conférences ou consortiums traitant des différents aspects de l'interopérabilité, des infrastructures à la sémantique. Dans ce domaine de la sémantique, clef de voûte de l'interopérabilité, le site d'Athena comporte, à télécharger, plusieurs documents sur l'ontologie et Athena envisage de partir des propositions du W3C pour le Semantic Web, OWL notamment, pour les adapter aux besoins des différents domaines du business.
Les premiers résultats des travaux menés d'Athena sont téléchargeables, attention, c'est un peu lourd. Ils concernent surtout l'Etat de l'Art de la modélisation et des frameworks, ce qui n'a jamais été vraiment léger...
 
Pour que "le message passe" il faut être d'accord sur le sens des données   Petit Glossaire du B2Bfr

   Net ou pas net ?
  
Management du SI :
   Valeur juridique du courriel
 
WSDM pour SW et le SI en SOA
"Ce mél est-il digne de confiance ?" Pratiquement toutes les entreprises fournissent une messagerie professionnelle à leurs collaborateurs et 80% s'en servent pour négocier des affaires. Il est grand temps de réaliser que cet usage de la messagerie à la place du papier engage la responsabilité civile et pénale de l'entreprise ou de ses dirigeants. Sans que, pour autant, le niveau de contrôle ou de maîtrise de cet engagement soit comparable à celui du papier avec en-tête, signature, chrono, dossiers...
Question à se poser : "Qu'en penserait un tribunal de commerce en cas de contestation ?"  Car le contexte juridique donne aujourd'hui à "l'écrit élec-tronique" la même valeur qu'à l'écrit papier et ren-force désormais la responsabilité des entreprises : cf Sarbanes-Oxley, CFR 21 part 11, la LSF ou la LCEN. Cette dernière reconnaît la validité des contrats électroniques, y compris par échange ex-clusifs de méls, et peut même imposer l'archivage de ces derniers pendant 10 ans.
De même qu'ils se dotent d'un antivirus, il est temps que les chefs d'entreprises analysent les risques de mise en jeu de leur responsabilité civile et pénale et organisent les dispositions juridiques et techniques nécessaires. D'autant que, pour cela, les outils sont là aujourd'hui pour travailler "en confiance".
Conservation des traces, authentification, intégrité, non répudiation, confidentialité, identification d'un faux, respect de la vie privée : c'est possible, même concernant des méls ! Par quoi commencer ?
Analyser les flux et leurs enjeux, en déduire les prio-rités, choisir les solutions adéquates combinant l'organisation (50%), le juridique (20%) et la techni-que (30%). L'implication de la DG et la sensibilisa-tion de tous sont des critères essentiels de succès.
En notant qu'un incident en matière de responsabilité civile et pénale peut être aussi lourd pour une petite entreprise que pour une grande. Et sans oublier que seule une veille régulière permet de réviser ses précautions dans un monde qui bouge. La confiance suppose que la vigie reste à son poste !
C'est pour aider  à cette vigilance que oriente particulièrement son activité de conseil vers la maîtrise des risques liés au système d'information. Il anime, par exemple, un groupe de travail au sein de l'association juridique IALTA qui prépare un Livre blanc sur "La confiance dans les Relations Commerciales Electroniques".
Et cela concerne tous les échanges électroniques depuis l'EDI traditionnel jusqu'aux  méls, en passant par la dématérialisation des appels d'offres, des contrats et des factures !
 
Que l'on croit ou non aux prédictions selon les- quelles 2005 sera l'année des Services Web (SW) et de la SOA (Services Oriented Architecture), il vaut mieux s'astreindre à suivre la production des standards les concernant. Au cas où ! En effet, on aura sans doute à les connaître, ne serait-ce qu'en interne, ou pour échanger avec des partenaires qui les auront mis en place dans leur SI.  De ce point de vue, Oasis vient juste d'adopter comme standard WSDM (Web Services Distributed Management), qui est un pas important et "sage" (WSDM se prononce wisdom en anglo-américain) pour à la fois la gestion des SW et celle du SI dans son ensemble.
En effet, le but de WSDM est d'arriver à un management "interopérable" des SW entre plate-formes hétérogènes en articulant ensemble les outils indispensables. D'une part le très utile  Basic profile du WS-I, qui regroupe tous les offreurs, avec, d'autre part, plusieurs standards du   pack WS-* : WSDL, WS-Addressing, WS-ResourceProperties, WS-BaseNotification WS-Topics et d'autres un peu
moins indispensables. WSDM et ses management capabilities s'appuient ainsi sur une description des SW resources comportant identité, URI, service offert, statut, état etc.
Les spécifications de WSDM vont alors de MOWS 1.0 (Management of Web Services) à MUWS 1.0 (Management Using Web Services) et ses  partie 1 et partie 2. Autrement dit, les Services Web seraient à la fois le problème et la solution du management des SI ! Mais les SW purement internes n'ont pas forcément besoin de MOWS pour leur management, sauf si leur prolifération devient ingérable. Par contre, MUWS serait utile dès que le pare-feu est franchi. A noter que si Microsoft n'y a pas participé, IBM (Heather Kreger) est co-président du groupe WSDM et en décrit  la très ambitieuse"sagesse". Et IBM prévoit d'aligner BPM et BPEL sur WSDM. "By integrating heterogeneous resources into heterogeneous management software using hete-rogeneous protocols and platforms, WSDM uses Web services to start solving the management integration problem". C'est à dire permettre aux SW de pouvoir prétendre être l'outil de management d'ensemble du SI quand il est services oriented (SOA). Quelle affaire !
Alors, on peut continuer à être sceptique devant le matraquage publicitaire sur SW et SOA ! Mais le matraquage sur XML finit par se traduire petit à petit dans la réalité ! Alors,  mieux vaut maintenir la veille technologique sur les standards des SW et de la SOA !
Ce numéro 92 de VendrEDI a été adressé à 1371 abonnés      Pour écrire    
Tous les numéros de VendrEDI peuvent être téléchargés à  http://www.actimum.com/acvendredi.htm